L'Association est dissoute
 (Assemblée Générale du 18 décembre 2013)

 Les pages sont en français 

et en catalan  

 

Accueil
Inici

Portail de l'Albera

Calendrier
Informacions

Conférences
Conferències

Randonnées
Excursions

Diades
Diades

Autres activités

Publications
Publicacions

 

Le massif de l'Albera
El massís de l'Albera

Notre réseau
La nostra xarxa

 


PORT-VENDRES

Conférence : « Grecs et Romains sur la côte de l’Albera »

23 octobre 2009-18h30

 

Le vendredi 23 octobre, a été donnée à Port-Vendres, au Centre culturel (place Castellane), une double conférence sur le thème « Grecs et Romains sur la côte de l’Albera », sous l’égide des associations Albera Viva, Port-Vendres d’Abord et l’Association pour les recherches sous-marines en Roussillon (Aresmar).

Devant une salle comble (cent-vingt cinq personnes), les deux archéologues-conférenciers, Georges Castellvi et Anna Maria Puig ont présenté un bilan des connaissances sur ce thème, respectivement pour le Roussillon puis pour l’antique colonie grecque de Rhode /Roses.

Cliché Guillem Castellvi.       

Présentation des conférenciers en présence des membres d’Albera Viva et de Jean-Pierre Romero, maire de Port-Vendres.

 

En Roussillon, les premiers contacts entre les navigateurs méditerranéens et la population locale se sont établis dans la première moitié du VIe s. av. J.-C. Les premiers produits importés sont des amphores à vin et quelques céramiques de table étrusques (Ruscino, oppidum du Ravaner à Argelès…) puis au cours des Ve et IVe s. ce sont essentiellement les productions grecques (Ionie, Achaïe, Marseille) qui arrivent à Collioure, Ruscino, Illiberris/Elne…Le vin punique produit à Ibiza parvient également sur ces agglomérations. Enfin, au IIe s. av. J.-C., commence à débarquer le vin d’Italie (amphores gréco-italiques puis Dressel 1). Les vins importés d’Italie, de Grèce, des Baléares, d’Hispanie et de Marseille semblent avoir été très appréciés de nos ancêtres. Ce n’est qu’avec la colonisation romaine complète de la Méditerranée, après la mort de Jules César, que toutes les régions de l’Empire romain produisent leurs propres vins, exportés vers des centre de redistribution importants (Narbonne, Tarragone, Barcelone…). Port-Vendres, mouillage et débarcadère, est à cet égard un véritable « miroir de la Méditerranée » ; la douzaine d’épaves mise au jour depuis une quarantaine d’années au Cap Béar et dans l’avant-port témoigne de l’importance de la route de cabotage empruntée le long des côtes de l’Albère et du Roussillon entre les ports de Catalogne-sud et le Languedoc et la Provence.

Une histoire économique de la Méditerranée à découvrir dans un futur musée d’archéologie sous-marine que la municipalité de Port-Vendres souhaiterait enfin créer…

Cliché Guillem Castellvi.     

Une vue de l’assistance nombreuse.

 

Rhode /Roses est une colonie grecque fondée au début du IVe s. av. J.-C. probablement par les Massaliotes (gens de Marseille) et non, comme rapporté depuis l’Antiquité-même, par des Rhodiens (gens de Rhodes). C’était, pour les Massaliotes, la meilleure façon de récupérer une part du commerce avec les indigènes de l’Empordan déjà en contact avec les Grecs d’Emporion/Empuries. La cité se développa en bord de mer, entre deux fleuves côtiers, à l’endroit même où fut édifiée, à partir du XVIe s., la Ciutadella de Roses. Les fouilles, commencées il y a près de cent ans, et reprises depuis plusieurs années par l’équipe d’Anna Maria Puig, ont permis de reconnaître une partie de quartier hellénistique aux rues orthonormées (qui se recoupent à angles droits) avec des maisons d’habitation d’une part, des ateliers artisanaux d’autre part (fours à poteries).

Le point haut de la cité (turo de Santa Maria) se trouvait sous l’actuelle église romane ruinée à l’époque de la Guerra Gran (fin XVIIIe s.). Des structures encore en place dans le sous-sol de la nef de l’église (murs épais arasés, grandes dalles de calcaire) semblent démontrer la présence d’un lieu de culte d’époque hellénistique (courant IIIe s. av. J.-C.).

La colonie a été réduite par les légions romaines de Caton en 195 av. J.-C.

Aujourd’hui, seuls 5% de l’emprise du site contenu dans les murailles de la Ciutadella ceinturant la ville médiévale de Roses, sont présentés au public. A l’entrée de la Ciutadella, un musée des plus modernes, permet aussi de comprendre l’histoire du site, des fouilles et présente de nombreuses restitutions graphiques des structures partiellement mises au jour.

Une destination de choix pour une sortie en famille ou entre amis à tout moment de l’année…

 

 

Les deux conférenciers.

Cliché Guillem Castellvi.     

les Conférences transfrontalières /  Les Conferències transfrontereres